USA Espagne 2012On ne pensait pas revivre ça. Il y a quatre ans à Pékin, espagnols et américains s’étaient déjà retrouvés en finale pour une rencontre rentrée depuis dans la légende et considérée par beaucoup comme le plus beau match de basket FIBA de l’histoire, tout simplement. Et pourtant… Affaiblie physiquement, sujet à de nombreuses critiques, à la limite de la rupture face aux Français puis aux Russes, l’Espagne est redevenue lors de la finale, cette fantastique équipe, seule capable de faire trembler les représentants de l’Oncle Sam. Car si les américains ont bel et bien remporté l’Or qui leur était promis, ce fut non sans avoir dû lutter jusqu’aux derniers instants de la partie. Malgré l’adresse à trois points des stars US, les coups d’accélérateurs, jamais les coéquipiers de LeBron James n’ont réussit à véritablement distancer leurs adversaires.

USA Espagne 2012D’abord formidablement lancés par un Juan-Carlos Navarro en feu (12 points sur les sept premières minutes), les espagnols se sont ensuite reposés sur les larges épaules de leur leader Pau Gasol. Souvent critiqué outre atlantique pour son manque d’agressivité et de combativité, le pivot ibérique a surclassé ses défenseurs directs. Ni Tyson Chandler, ni Kevin Love n’ont pu stopper l’intérieur des Lakers. Ses 13 points consécutifs inscrits dans le troisième quart temps permettent à l’Espagne d’y croire encore. Mais à force de résister, les coéquipiers du toujours insupportable Rudy Fernandez vont finir par lâcher prise. C’est King James, qui par un panier à trois points, scelle définitivement le sort de la rencontre. Le score final (107-100) est à la hauteur de la qualité de ce nouveau match d’anthologie.

Auteur d’une prestation de très grande classe, Pau Gasol (24 points, 8 rebonds et 7 passes) est chaudement félicité par l’ensemble des joueurs américains, et plus particulièrement par son capitaine aux Lakers, Kobe Bryant.

USA Espagne 2012

Et une médaille de plus pour Kobe…

Ce même Kobe qui annoncera dans la foulée qu’il venait de disputer son dernier match pour team USA, laissant le soin aux “autres” de faire dorénavant le boulot. Le quintuple champion NBA peur partir l’esprit libre, la sélection US est entre de bonnes mains. Auteur d’une réussite insolente derrière la ligne des trois points (34/65), Kevin Durant a une nouvelle fois démontré qu’il était tout simplement injouable en contexte FIBA. A ses cotés, LeBron James a surfé sur son année magique, et est devenu avec un certain Michael Jordan, le seul joueur a avoir remporté les titres NBA et Olympiques en ayant été élu MVP la même année.

Autre joueur à s’être distingué, le pistoléro Carmelo Anthony, auteur d’une incroyable moyenne de 16.3 points inscrits en un peu moins de 18 minutes passées sur les parquets, avec un mémorable coup de chaud de 37 points en 14 minutes (!) face au Nigéria. Les prochains leaders devront également attendre de savoir qui sera leur nouveau coach, puisque que Mike Krzyzewski a décidé après sept ans de bons et loyaux services (62 victoires pour une seule défaite) de quitter la sélection US. Il reste maintenant deux ans aux espagnols ou à une autre équipe (…) pour se préparer et espérer faire tomber l’ogre américain lors des prochains championnats du monde qui auront lieu en Espagne.