Sport de statistiques, le basket fascine par ses performances et ses records de chiffres qui ont marqué son histoire. Pionnière en la matière, la NBA est passée maître dans l’art de glorifier ses aînés et de remettre au goût du jour ceux qui ont inscrit leur nom dans son propre livre des records. Malheureusement, la grande ligue US fait figure d’extra terrestre si on ose une comparaison avec notre championnat de France et son histoire… Aucune rubrique digne de ce nom n’apparaît sur les sites officiels (un comble non ?), heureusement, il reste des sites et/ou des blogs de passionnés pour assouvir sa soif d’informations. Mais oublions ce coup de gueule de rigueur et revenons sur la principale raison de ce présent article du jour. Le 17 avril 1990, Phil Lockett, joueur américain du l’ABCep Lorient (oui oui), terminait le match perdu face à Roanne (82-96) avec pas moins de 28 rebonds.

Un record pas près d’être battu…

Au fil des saisons, des changements de formules et d’appellations du championnat de France de basket, c’est encore à ce jour le record pour le plus grand nombre de rebonds pris lors d’une rencontre du championnat de France de basket. Les joueurs qui ont croisé et/ou joué contre le pivot américain se souviennent d’un joueur au timing parfait doté d’une science du placement irréprochable. En parallèle à ce record, Lockett détient également la plus grosse moyenne jamais enregistrée de moyenne de rebonds sur une saison (13,7).

La feuille de statistique du match

Avec l’évolution du jeu, l’ouverture des frontières, le nombre d’étrangers par équipe, il va être plus difficile pour un joueur de battre ce record qui est donc amené à durer. Comme le déclarait il y a quelques temps Jacques Monclar : “c’est un record à la Beamon”.

Photos et infos via le Télégramme.com