Son départ est loin d’avoir laissé tout le monde indifférent. Certains “fans” sont même allés jusqu’à brûler son maillot. En signant avec Miami, ennemi attitré des Celtics depuis un petit paquet d’années, Ray Allen se doutait bien qu’il n’allait pas faire l’unanimité. Mais avant d’être une ligue de basket, la NBA est avant tout un business, un milieu sans pitié ni états d’âme qui ne répond qu’à une seule loi, celle du billet vert.

RayAllen

Celtics un jour….

Le vert, cette même couleur mythique de la tunique des Celtics que ne portera donc plus Ray Allen. Le meilleur shooteur à trois points de l’histoire, sans doute vexé d’avoir vu son nom circuler en cours de saison dans un éventuel
transfert, a préféré rejoindre et renforcer le champion en titre plutôt que d’imiter son ex coéquipier Kevin Garnett et rempiler à Boston.

Un choix toujours discutable, mais qui n’enlève rien aux magnifiques souvenirs que l’on gardera de ses cinq années passées dans le Massachusetts. En guise d’hommage, voici un magnifique mix retraçant les exploits du numéro 20 des Celtics :