Il restera sûrement comme l’un des meilleurs joueurs européens à n’avoir jamais foulé les parquets de la prestigieuse NBA. Pourtant, à l’instar de ses compatriotes (Danilovic, Kukoc, Pejakovic et autres), Dejan Bodiroga avait toutes les qualités habituelles du basketteur “yougo”. Une technique sans faille faite d’appuis et de feintes à montrer dans toutes les écoles de basket, une taille (2m05) qui lui permettait de jouer quasiment à tous les postes le tout ajouté à une redoutable adresse aux shoots. Mais contrairement à ses confrères, le natif de Zrenjanin, qui fut drafté à la 51ème position par les Kings en 1995, n’a jamais traversé l’atlantique. Un choix parfois critiqué, pouvant être pris pour un manque d’ambition par certains.
Mais Bodiroga a toujours assumé ses positions. Son terrain de jeu favori resterait l’Euroleague.

Dejan Bodiroga

La technique sans failles de Bodiroga a souvent déstabilisé les américains…

Il remporta trois fois cette compétition avec le Pana (2000 et 2002) et le Barça (2003). Elu meilleur joueur européen en 2002 et 2003, il brillait également lors des compétitions internationales, sous le maillot de la sélection yougoslave. Trois fois champions d’Europe (1995, 1997 et 1999), deux fois champions du monde (1998 et 2002) et médaille d’argent aux Jeux Olympiques en 1996.

Quasiment injouable en un contre un, le numéro 10 serbe a souvent fait souffrir ses adversaires directs de par sa technique et ses dribles décalés. On se rappelle notamment de son numéro face à Carmelo Anthony lors des championnats du monde de 2002 :

Il mettra fin à sa longue et riche carrière en 2007. Aux yeux de tous, Bodiroga restera comme l’un des plus grands talents du basket yougoslave.  Aujourd’hui, alors qu’il fête ses quarante ans, il continue d’oeuvrer pour la grosse balle orange, en tant que vice-président chargé des équipes nationales de la Yougoslavie.

Dejan Bodiroga tribute :