Une star à son sommet, un collectif, de l’abnégation, voici les recettes gagnantes qui ont permis à la Slovénie de remporter son premier titre majeur sur la scène internationale. Pratiquant un basket total, porté vers l’offensif, les hommes d’Igor Kokoskov ont réalisé un parcours sans faute (9-0) lors de cet Eurobasket. Sur les ailes d’un Goran Dragic plus patron que jamais, les Slovènes n’ont cessé d’étonner et de bousculer la hiérarchie. Déjà vainqueurs de la France en match de poule, ils ont notamment impressionnés face à l’ogre espagnol en demi finale, infligeant au passage aux coéquipiers de Pau Gasol une de leur plus lourde défaite (92-72). Il ne restait plus qu’aux coéquipiers du Levalloisien Prepelic de passer le dernier obstacle serbe en finale. Ce qui fut fait, mais non sans avoir lutté jusqu’au bout et s’être fait de belles frayeurs. 

Slovénie

Dragic aura porté son équipe jusqu’à épuisement… 

Après un premier quart temps faisant office de round d’observation, la Slovénie va se donner un peu d’air avant la mi-temps, grâce à un Dragic stratosphérique. Le meneur du Heat va réaliser un véritable show (20 points sur cette période) permettant à sa formation de prendre un peu d’air (56-47).

Le sublime coast-to-coast de Luka Doncic :

Et puis, parce qu’il fallait bien ajouter une part de dramatique à cette finale, les supporters Slovène vont craindre le pire en seconde période. D’abord avec la sortie sur blessure de leur baby star Luka Doncic, touché à la cheville, puis avec l’arrivée des crampes pour leur héros Dragic, à bout physiquement et incapable de tenir correctement sa place sur le parquet. Mais le basket est un sport collectif, et les protégés d’Igor Kokoskov vont faire bloc et résister au retour des Serbes. 

Slovénie

Prepelic, héros du money time

En l’absence de leurs deux leaders, ce sont Randolph et surtout Prepelic qui vont prendre leurs responsabilités et rentrer les shoots qu’il faut. Et même quand la Serbie est passée devant au score (78-77), les Slovènes n’ont pas paniqué et on continué à jouer ensemble. L’explosion de joie des joueurs au coup de sifflet final était à la hauteur de l’exploit que ce « petit » pays de deux millions d’habitant venait de réaliser. 

Les meilleurs moments de la finale :