ASGJe me rappelle encore (très bien) du jour de la draft d’un certain Olivier Saint-Jean. C’était le 25 juin 1997, il y a presque 16 ans, autant dire une éternité. Les passionnés de NBA que nous sommes (toujours) avaient alors l’impression de participer à leurs façons au “dépucelage” du basket français. En prononçant le nom de celui qui allait par la suite devenir Tariq Abdul Wahad, David Stern a ce jour là ouvert la boîte de Pandore. Car même si les Divac, Petrovic, Schrempf et autre Kukoc avaient créé une première brèche décisive pour le basket européen, voir évoluer un frenchie en NBA appartenait encore au domaine du rêve et de l’inaccessible. Seize ans plus tard, les choses ont considérablement changé. Le monde a évolué, et la NBA avec. L’avènement de Tony Parker a changé la donne et le regard de nos chers compatriotes américains sur les basketteurs français. TP est devenu une véritable star parmi les stars. Trois fois champion NBA, MVP des finales 2007, meilleur passeur de l’histoire des Spurs, le meneur de San Antonio est au sommet de son art.

Alors lorsque son nom fut annoncé ce matin pour sa cinquième (!) participation au all-star game, je ne fus même pas surpris. A force de repousser toujours les limites, TP a réussi l’exploit de banaliser des performances pourtant incroyables…Mais cette année, et pour la première fois, le capitaine de l’équipe de France ne sera pas le seul représentant tricolore pour le match des étoiles. Il sera accompagné de Joakim Noah. Le pivot des Bulls, qui réalise pour le moment sa meilleure saison (12,2 points, 10,9 rebonds et 2,1 contres de moyenne) se hisse donc parmi les stars de la ligue.

Une grande première pour le bouillonnant numéro 13 de Chicago qui ne cache pas sa joie d’avoir été sélectionné. Deux français au all-star game NBA, si on m’avait dit ça y’a dix ans, j’avoue que j’aurai eu (beaucoup) de mal à y croire…