En rendant une nouvelle fois les armes face au Thunder, les Golden State Warriors se retrouvent désormais menés 3-1, à un match de l’élimination. Sont ils capables de renverser la tendance et s’éviter ainsi une douloureuse élimination en remportant les 3 prochaines rencontres ? Très peu d’équipes ont réalisé cette performance. Pour être plus précis, quand une équipe mène 3-1 dans une série, elle se qualifie dans 96,2% des cas. Seulement neuf formations ont réussi cet exploit. Pour redonner un peu de baume au coeur aux fans de la bande à Stéphen Curry, remontons 21 ans en arrière (!). Nous sommes alors au deuxième tour des playoffs de la Conférence Ouest. Dans le sillage d’un Charles Barkley revanchard, les Phoenix Suns viennent de battre les Houston Rockets sur leur parquet dans le quatrième match de la série et mènent 3-1.

houston phoenix 1995

Lutte au rebond entre Horry et Barkley

Malgré toute leur expérience et un Hakeem Olajuwon innaretable, la formation texane déjoue et n’arrive pas à contrer le jeu des Suns. Pour ne rien arranger, le prochain match se joue en Arizona. Bon nombre d’observateurs ne donnent alors pas cher de la peau des Texans. Mais plus solidaires que jamais, les Rockets vont s’arracher et parvenir à décrocher une victoire inespérée en prolongation (103-97) après être passés à un shoot de l’élimination…

Métamorphosés, les champions en titre vont largement s’imposer dans la sixième confrontation, s’offrant ainsi le droit de jouer un septième et dernier match décisif. Piqués au vif, les Suns attaquent d’entrée. Kevin Johnson est phénoménal. Le meneur de Phoenix est partout (46 points et 10 passes au final). A ses cotés, Barkley s’occupe de blinder la raquette (23 rebonds). Mais les vieux grognards Texans ne lâchent rien… Le duo Drexler-Olajuwon (29 points chacun) tient la baraque, et alors que les deux équipes sont à égalités (110-110), Mario Elie, peu en réussite jusque là, va assommer toute une ville en plantant le shoot à trois points décisif à 7 secondes de la fin.

houston phoenix 1995

Bons baisers d’Elie…

Les dernières tentatives des Suns seront vaines. Houston s’impose (115-114) pour la troisième fois de suite et se qualifie pour la finale de conférence. Les connaisseurs se rappellent de la suite. Après avoir sortis les Spurs (4-2), les Rockets balaieront en finale les Orlando Magics, réalisant ainsi le “back to back”. De ce parcours mémorable, le coach Texan, Rudy Tomjanovic, aura cette magnifique phrase restée depuis dans les annales : “Ne sous-estimez jamais le coeur d’un champion…”

Le résumé de la série Phoenix – Houston :