Quel passionné francophone de basket qui se respecte a pu oublier la dâte du 15 avril 1993 ? Ce jour là, le CSP limoges écrivait l’une des plus belles pages du basket français en remportant la Coupe d’Europe des clubs champions (l’Euroleague d’aujourd’hui). Les mordus de la grosse balle orange ont encore les commentaires hystériques du père Montel ou (mieux) de l’inimitable Georges Eddy qui résonnent dans leur tête… Il faut dire que la victoire finale du CSP relève de l’authentique exploit ! Déjà en demi finale, les coéquipiers de Richard Dacoury ont créé une énorme surprise en éliminant (victoire 62-52) le grand Real-Madrid qui comptait alors dans ses rangs un certain Arvydas Sabonis.

CSP Limoges

Champions d’Europe messieurs dames !!!

Le basket ultra défensif prôné par le sorcier serbe Bozidar Maljkovic, marque de fabrique déposée, broie les attaques et les scoreurs adverses, pour qui mettre un simple système en place devient un véritable calvaire. En finale, Limoges est confronté au Benetton Trévise et au meilleur joueur européen de l’époque en la personne de Tony Kukoc. Fidèle a sa philosophie de jeu, le CSP va étouffer le collectif de la formation italienne. A la pause, le score (28-22) même s’il est en faveur de Trévise, correspond parfaitement au rythme si cher à la formation française. En seconde période, dans le sillage de leur inoubliable scoreur Michael Young, Limoges va recoller au score. Les dernières secondes de la rencontre sont insoutenables. Sur deux lancers francs d’un excellent Jim Bilba, le CSP prend deux petits points d’avance (57-55).

CSP 20ans Photo

Ça valait bien un beau pêle-mêle non ?

La balle revient alors dans les mains de Kukoc, seul joueur en réussite et disposant du talent nécessaire pour se défaire des griffes limougeaudes. La star croate se sert d’un écran pour driver sur sa main droite et se retrouve avec le petit Frédéric Forte collé à ses basques. Le grand Tony arme son shoot derrière la ligne des 3 points pour la gagne, mais dans un ultime réflexe, Forte tend son bras et intercepte la gonfle avant de s’en aller de l’autre coté du terrain, enterrant définitivement les dernières chances italiennes. L’exploit est bien là. Limoges devient la première équipe française tout sport confondu à remporter le plus beau trophée européen (l’OM suivra un mois après).

« Le coup parfait », le magnifique reportage sur le sacre européen du C.S.P Limoges par Léquipe 21

Le résumé de la deuxième mi-temps :