L’histoire de la NBA regorge de rivalités plus passionnantes les unes que les autres. Une des plus marquantes fut sans aucun doute celle qui concerna Michael Jordan et Patrick Ewing. Les carrières de ces deux joueurs légendaires sont incroyablement liées. Il suffit juste de regarder de plus près le déroulement de leurs trajectoires professionnelles pour s’apercevoir que leurs chemins se sont constamment croisés. Cette rivalité commençe dès leurs premières confrontations universitaires. Lors de sa première saison chez les Tar Heels en 1982, Michael Jordan, grâce à un dernier shoot décisif, offre le titre de champion à son équipe face à Georgetown où évolue un certain Patrick Ewing.

Ewing Jordan

S’il fallait résumer en une photo la rivalité Jordan-Ewing…

Première confrontation pour un titre et premier avantage Jordan. Durant l’été 84, les deux stars universitaires sont sélectionnées pour rejoindre l’équipe nationale en vue de disputer les Jeux Olympiques qui ont lieu à Los Angeles. Huit matchs et huit victoires plus tard, ils décrochent ensemble la médaille d’or. N’ayant pu grand chose à prouver en NCAA, Michael Jordan décide de faire le grand saut en NBA alors que Ewing dispute sa dernière année dans les rangs des Hoyas avant de rejoindre à son tour la grande ligue US l’année suivante. Au titre de Rookie of the year 85 de Jordan, s’en suit celui du grand Pat en 86.

Très vite, les deux compères vont s’imposer au sein de leur formation jusqu’à en prendre les reines. Encore sous le règne des Celtics et des Pistons à la fin des années 80, la conférence Est va vite tomber sous l’autorité des Bulls au début de la décennie suivante. Et puisqu’il fallait un ennemi attitré, qui de mieux que les Knicks ? Les différents affrontements entre deux formations aux styles de jeu diamétralement différents vont passionner le public et offrir à tous des affrontements rentrés depuis dans la légende. D’un coté, la grâce et le talent des Bulls avec Jordan, Pippen, Grant ou encore Amstrong, de l’autre, du sacrifice, de la défense, des coups et de la sueur avec Ewing, Oakley, Mason, Starks…

Ewing Jordan

Dans leurs débuts NBA…

Mais de cette rivalité naissante, à la fin, le vainqueur est toujours le même. Assoiffé de victoires, MJ remporte son premier titre en 1991. L’année suivante, les Bulls éliminent les Knicks en demi-finale de conférence et remportent un deuxième titre consécutif. Durant l’intersaison, Ewing et Jordan se retrouvent une seconde fois dans la même équipe. Ils sont retenus pour faire partie de la fameuse dream-team qui rayonnera sur les jeux olympiques de Barcelone en 92. L’année suivante, le duel continu, et une fois encore, Chicago élimine New-York avant de réaliser un magnifique three peat. Puis, avec l’assassinat de son père, Jordan se retire une première fois des parquets. Un coup du sort qui permet à Ewing d’éliminer enfin les Bulls et d’atteindre la finale NBA. Malheureusement, le pivot de la Big Apple échoue d’un rien contre les Houston Rockets (3-4).

Le fameux dunk de Jordan sur Ewing lors des playoffs 1991 : 

Les années suivantes, les Knicks échouent de nouveau en playoffs. Le retour à la compétition de Jordan en 96 n’arrange rien, les Bulls éliminent à nouveau New-York en demi-finale de conférence… Pendant que la bande à Ewing se bat avec les Heats et les Pacers, Chicago réalise un nouveau three-peat. Lassé de jeu, Michael Jordan annonce pour la deuxième fois son retrait des parquets. Comme en 94, New-York en profite et parvient à se hisser en finale. Mais le sort s’acharne sur la pauvre Ewing. Blessé et forfait, le leader des Knicks ne peut qu’assister du banc à la défaite des siens face aux Spurs. Ce sera la dernière occasion pour le grand Pat de décrocher le titre suprême. Durant l’intersaison, il est transféré à Seattle chez qui il restera une seule saison avant de finir sa carrière sous le maillot du Magic d’Orlando. De son coté, Jordan ressent une troisième fois l’appel de la grosse balle orange et effectue un nouveau retour en 2001, mais sous le maillot des Wizards. Comme un nouveau signe du destin, Pat Ewing, souhaitant s’impliquer dans le coaching, est recruté par…Whashnigton en 2002 en tant qu’assistant coach.

Jordan Ewing

Les années passent, la complicité reste…

La retraite de Jordan un an plus tard viendra clore définitivement cette rivalité si particulière. Comme bon nombre d’autres joueurs (Barkley, Miller, Malone…) Patrick Ewing aura eu la malchance de subir “l’air” Jordan. Assistant au sacre du meilleur joueur de tout les temps, il n’a pas su saisir les maigres opportunités que lui ont laissées les absences temporaires de sa majesté. L’écrasante domination du plus célèbre numéro 23 de l’histoire n’a cependant pas fait oublier l’empreinte indélébile qu’a également laissé Ewing sur la NBA. Il a juste fallu que l’histoire se charge d’unir leurs destins en ne choisissant qu’un seul et unique vainqueur au final…

Gallerie Ewing-Jordan :