Oui, la réaction d’orgueil des Bleus lors de la petite finale face au Serbes fut belle à voir, oui cette médaille de bronze est la quatrième breloque des hommes de Vincent Collet sur les cinq dernières années dans les compétitions internationales, oui, l’engouement du public fut exceptionnel lors de tous les matchs de l’équipe de France, aussi bien à Montpellier pour les poules qu’à Lille pour les phases finales, oui mais voilà, avec la « meilleure équipe française de l’histoire » (pour reprendre les mots de Tony Parker), on ne pouvait s’imaginer un autre résultat qu’un nouveau sacre européen pour ces Bleus évoluant qui plus est à domicile. Une attente peut être trop forte pour les grandissimes favoris de la compétition.

TP n'a jamais réussi à trouver son rythme...

TP n’a jamais réussi à trouver son rythme…

Une fois de plus, le rêve bleu s’est achevé face à l’Espagne, l’ennemi juré, au stade des demi-finales. Tout avait été pourtant soigneusement préparé en vu de cet affrontement attendu par tout un peuple impatient d’en découdre une énième fois avec le voisin ibérique. Même si quelques signes d’inquiétudes avaient été décelés lors des rencontres précédentes, les signaux étaient bien au vert pour permettre à Tony Parker et ses troupes d’éliminer l’éternel rival. Jusqu’àu milieu du quatrième et dernier quart temps, le plan se déroulait à merveille. Certes, TP, comme depuis le début de l’Euro, était en souffrance des deux cotés du terrain, mais ses coéquipiers faisaient le boulot, ce qui se traduisait par une avance de 9 points (61-52) à la 35ème minute, un gouffre dans ce type de match fermé. On pouvait voir les supporters commencer à gonfler le torse, les journalistes préparer la Une cocorico du lendemain…

France Espagne

Pau Gasol au dessus de TP, le symbole du match…

Mais les Français allaient connaître alors un terrible passage à vide. Impuissants face à un Paul Gasol stratosphérique (40 points) et incapables d’installer un quelconque système offensif, les Bleus vont finir par se faire rattraper au score avant de connaître la fin tragique que l’on connaît. On pourrait refaire le match et discuter des heures durant, cela ne changera pas grand chose aujourd’hui, mais quand même… J’aurai simplement aimé voir Collet, si critique envers les arbitres après le match (et à juste titre), pousser une gueulante « pendant » le match, quitte à prendre une technique pour réveiller ses troupes, j’aurai également aimé voir des prises à deux sur Gasol, au moins essayer de temps en temps juste pour voir, comme ça… J’aurais aussi aimé que les leaders de l’équipe, Parker, Diaw et Batum ne se trouent pas aux lancers francs dans les moments décisifs. La critique est facile je vous l’accorde, mais quand on mène de plus de dix points à 10 minutes du temps réglementaire puis de quatre en prolongation, on n’a pas le droit de perdre ce genre de match, même si les coups de sifflets ne vont pas toujours dans le sens que l’on espère…

On devrait retrouver l’essentiel des bronzés pour les prochaines échéances

Maintenant, il faut tourner la page et se tourner très vite vers l’avenir et ce fameux tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques de Rio l’année prochaine. Le groupe ne devrait pas connaître de gros bouleversements, juste quelques ajustements avec sûrement plus de poids et de responsabilités pour certains et moins de temps de jeu pour d’autres. On a déjà hate de voir jusqu’où va continuer à progresser Rudy Gobert, si Nando Do Colo va devenir le nouveau patron des Bleus, Si Diaw et Parker sont près à quelques sacrifices. Et puis si on pouvait retrouver une nouvelle fois les espagnols sur notre route, on ne dira pas non…